Editorial et chiffres-clés

© Remo Nägeli

Editorial 2019

A l’heure où cet éditorial est publié, une crise sanitaire sans précédent secoue notre monde. Le coronavirus nous a mobilisés comme jamais en tant que Société nationale de la Croix-Rouge. Bénévoles, collaboratrices et collaborateurs de la Croix-Rouge suisse ont été les premiers à s’engager dans la lutte contre cette crise. Notre rôle d’auxiliaire des pouvoirs publics a pris tout son sens: nous avons ainsi mis en place les premiers centres de dépistage ouverts au grand public, acheminé à bord de neuf avions du matériel médical, dont des masques, depuis la Chine et mobilisé toutes nos ressources pour que les familles les plus durement touchées puissent être soutenues.

Au regard de cette actualité, l’année 2019 peut sembler bien paisible. Elle aura été marquée par de nombreux changements dans les organes dirigeants de la Croix-Rouge suisse (CRS). J’ai eu l’immense honneur de reprendre la présidence de la Croix-Rouge suisse au mois de juin, et je peux désormais compter sur deux vice-présidentes – Barbara Schmid-Federer et Brigitta M. Gadient – au sein du Conseil de la Croix-Rouge. C’est une équipe remaniée qui a pris le relais pour poursuivre l’élaboration de la Stratégie 2030. Heureusement, notre directeur Markus Mader a, dès le début, mené cet immense projet d’une main de fer dans un gant de velours.

Nous avons défini notre Mission et réfléchi aux valeurs qui sous-tendent nos actions, identifié les défis à venir et les réponses à leur apporter. Nous devons être à même de les relever de manière durable, sans trahir aucun de nos Principes fondamentaux.

La Stratégie d’ordre supérieur de la CRS, avec ses associations cantonales, ses organisations de sauvetage, ses institutions et son Siège, a bénéficié d’une large consultation, dans le cadre d’un processus qui a impliqué tous les acteurs de manière transparente et démocratique. Elle s’inscrit dans les objectifs de développement durable de l’ONU et dans la stratégie de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge.

La disparition soudaine de ma prédécesseure, Annemarie Huber-Hotz, nous a profondément marqués, moi comme l’ensemble de la Croix-Rouge suisse. Annemarie Huber-Hotz a consacré ses dernières années à la CRS, allant à la rencontre des plus démunis, prêtant une oreille attentive au récit de ces tragiques destins.

Six mois avant la fin de son mandat, en juin 2019, elle s’était rendue dans le camp de Cox’s Bazar, au Bangladesh, pour rendre visite aux réfugiés du Myanmar. Elle avait su écouter ces femmes qui ont vécu l’indicible. Par sa sensibilité et sa profonde humanité, son pragmatisme et sa vision pour l’avenir de la Croix-Rouge, ses relations au niveau national et international, son engagement sans faille en faveur des Principes fondamentaux de la Croix-Rouge, elle restera un exemple pour nous tous.

L’année passée, plus de 52 000 bénévoles se sont engagés avec la Croix-Rouge. Que ce soit dans l’une des quatre organisations de sauvetage ou l’une des 24 associations cantonales, ils ont traduit dans les actes le Principe d’humanité, qui guide toute notre action. C’est cette solidarité, cette mobilisation de tous les acteurs, qui nous permettra de rendre le monde dans lequel nous vivons meilleur.

Thomas Heiniger, président de la CRS